Publication maintenant disponible : « POUR LE RESPECT DES FEMMES ET DES ENFANTS, ABOLIR LA MATERNITÉ DE SUBSTITUTION »

Les Actes du dernier colloque pour l’abolition de la maternité de substitution (GPA) sont disponibles

Ce colloque, accueilli par la sénatrice Laurence Cohen au Palais du Luxembourg, en septembre 2018, fut un si bel événement. Alors, il nous a semblé important d’en garder et partager le contenu avec cette publication. Elle  réunit non seulement les contributions des intervenant-e-s mais intègre aussi des textes complémentaires qui en enrichissent les approches.

Commandez en ligne ce livre éclairant !

N’hésitez pas, ce livre est important.
Commandez le pour vous, pour vos ami-e-s, relations, pour votre bibliothèque locale , offrez le à votre député….
Nous comptons aussi sur vous pour vous faire le relais de cette parution, autour de vous, dans vos réseaux etc.
Vous pouvez le commander dés maintenant auprès de l’éditeur (cliquez sur la bannière ci-dessous) ou par le biais de votre libraire  (à partir du 14 novembre 2019). Sommaire et présentation ci-dessous.

Couverture des Actes du colloque de sept.2018

Image de couverture : Marián M.Cañizares www.marianmcanizares.com “Surrogates”, 2018. Drawing in ink and pencil on paper.


Présentation

« Gestation pour autrui », « maternité de substitution », « grossesse pour autrui », quelle que soit la manière dont on désigne cette pratique, il s’agit toujours d’une instrumentalisation des femmes à des fins de reproduction, et de la transformation des enfants en choses que l’on peut demander et obtenir par contrat. Demander à une femme qui n’a pas de désir d’enfant, de porter une grossesse et de mettre au monde un enfant afin de le remettre aux personnes qui le lui ont demandé, c’est se servir d’une femme comme d’un moyen, nier à l’enfant son statut de personne, et disposer du lien de filiation.

Cette pratique ne concerne pas uniquement les personnes qui y ont recours, mais bien l’ensemble de la société, toutes les femmes (leurs droits, leurs conditions de vie, les relations femmes-hommes) et tous les enfants (y compris les enfants des « mères porteuses »), car elle institue une différence fondamentale entre les personnes nées par contrat (le plus souvent, contre de l’argent) et les autres.

C’est parce qu’elle nous concerne toutes et tous, parce qu’elle porte atteinte à notre humanité commune, qu’il est important d’en saisir les enjeux et de la combattre.

Universitaires, médecins, politiques, militantes féministes expriment ici leurs points de vue sur la maternité de substitution et les raisons pour lesquelles sa pratique est à prohiber.


Au sommaire

Introduction

Accueil. Laurence COHEN – Sénatrice PCF du Val-de-Marne.

Expression des quatre associations organisatrices

Le CoRP – Collectif pour le Respect de la Personne.

CQFD Lesbiennes Féministes.

La CADAC – Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception.

L’Assemblée des Femmes.

La maternité de substitution, quelles conséquences sur les enfants ?

Introduction à la première table ronde. Anne Yvonne LE DAIN – Ancienne députée socialiste de la 2e circonscription de l’Hérault;

Enfants du contrat à la filiation indécise. Martine SEGALEN – Professeure émérite de sociologie de la famille, Univ Paris-Ouest Nanterre;

Les trois niveaux d’appréciation de l’intérêt de l’enfant à propos de la gestation pour autrui. Muriel FABRE-MAGNAN – Professeure de droit à l’Université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne). N.B.Reproduction d’un article paru antérieurement avec l’aimable autorisation de l’auteure.

Les maternités de substitution. Myriam SZEJER et Jean-Pierre WINTER – Pédopsychiatre et psychanalyste. Centre d’AMP, Hôpital Foch de Suresnes;

La Gestation Pour Autrui (GPA) Violence faite aux femmes et aux enfants. Frédérique KUTTENN – Médecin, professeure d’endocrinologie de la reproduction, Univ. René Descartes.

La maternité de substitution, quelles conséquences sur les femmes ?

GPA : L’altruisme des femmes au service du marché. Diane GUILBAULT – Présidente de l’association Pour les droits des femmes du Québec.

La vérité des grossesses à contrat : Les contrats de maternité de substitution ne protègent ni les mères porteuses ni leurs enfants. Jennifer LAHL – Présidente du The Center for Bioethics and Culture Network, États-Unis.

Prostitution et maternité de substitution. Claire QUIDET – Porte-parole du Mouvement du Nid.

La maternité de substitution. Une approche médicale. René FRYDMAN- Médecin spécialiste de la reproduction et du développement de l’assistance médicale à la procréation en France.

Conclusion

La géographie de la maternité de substitution. Marie Josèphe DEVILLERS – Co-présidente de l’association CQFD Lesbiennes Féministes.

La fin du principe d’égalité. Ana-Luana STOICEA-DERAM – Formatrice en politiques sociales et familiales – présidente du CoRP.


 

 

 

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Défiler vers le haut