Requête adressée aux partis, candidats aux élections européennes 2019

Ne pas réglementer la GPA, mais l’abolir !

à l’occasion des élections européennes, la CIAMS, Coalition Internationale pour l’Abolition de la Maternité de Substitution  s’est adressée aux partis candidats aux élections européennes pour leur demander de s’engager dans la voie de l’abolition universelle de la GPA.

Certes, le parlement a condamné la pratique de la gestation pour autrui : article 115 résolution du 17 décembre 2015 sur le rapport annuel de 2014 sur les les droits de l’homme et la démocratie dans le monde et sur la politique de l’Union européenne en la matière (2015/2229(INI)).

Mais il faut maintenant aller plus loin, donc jusqu’à l’abolition mondiale de cette pratique, seule solution pour mettre fin aux trafics transfrontières qui se développent, mettant en échec toutes les législations nationales.

Voici 8 raisons de s’engager dans la voie de l’abolition.

  1.  La GPA, gestation pour autrui, encore appelée maternité de substitution consiste à marchandiser le corps d’une femme utilisée comme mère porteuse.
  2.  La GPA n’est rien d’autre que de la vente d’enfants (*)
  3. La maternité de substitution est l’exploitation de la capacité reproductive des femmes et l’utilisation d’une femme pour satisfaire les désirs d’autrui.
  4. La maternité de substitution ne vise pas à satisfaire un droit. Il n’y a pas de droit à la maternité, il n’y a pas de droit à l’enfant, il y a la possibilité ou non d’être parent.
  5.  La maternité de substitution ne fait qu’augmenter l’inégalité entre les femmes.
  6. Vouloir réglementer la maternité de substitution ne fait qu’organiser une nouvelle modalité de traite des femmes.
  7. La maternité de substitution viole le droit des enfants et le droit des femmes en contribuant à une société fondée sur l’utilisation et la maltraitance de personnes majoritairement les plus vulnérables et les plus pauvres, une société constituée d’êtres humains de première et de seconde catégorie, en favorisant un ordre mondial inégal et discriminatoire entre les êtres humains.
  8. Les souhaits de devenir parents peuvent être satisfaits par des formules qui ne comportent pas d’exploitation, ni de commercialisation des femmes et des enfants.(*) Dans son rapport d’activité de 2018, la Rapporteuse spéciale des Nations-Unies sur la vente et l’exploitation sexuelle d’enfants, reconnaît que « l’essentiel des conventions de GPA pratiquées, y compris dans les pays dits développés, ne sont rien d’autre que de la vente d’enfant, quels que soient les artifices juridiques employés »

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.