Déclaration commune en matière de GPA

Les organisations féministes et de défense des droits humains demandent à la Commission européenne et au Parlement européen d’inclure le crime d’exploitation reproductive des femmes dans toutes leurs initiatives législatives, en tant que violence contre les femmes et traite des êtres humains.

Accès au PDF de la déclaration Surrogacy common Statement final fr

Avant-propos

Par exploitation reproductive, nous entendons : l’interdiction de l’avortement, l’avortement forcé, la grossesse forcée, la maternité de substitution, la vente d’ovocytes. Ces pratiques réduisent les femmes au rôle de reproductrices pour des tiers, au détriment de leur santé et de leurs droits humains. Elles doivent donc être prises en compte dans tout instrument traitant de la violence à l’égard des femmes.

Cette déclaration porte spécifiquement sur la maternité de substitution.

La maternité de substitution est la pratique sociale qui consiste à recruter une femme pour porter et donner naissance à un ou plusieurs enfants, conçus ou non avec ses propres ovocytes, dans le but de le, ou les, remettre, selon un accord ou un contrat par lequel elle, renonçant à la filiation et à ses droits parentaux, à une ou plusieurs personnes (appelées commanditaires, clients ou acheteurs[1] ) qui souhaitent être désignées comme parents du nouveau-né[2] .

La maternité de substitution implique l’instrumentalisation des femmes, la marchandisation et la réification du nouveau-né, la traite des êtres humains et la violation de la dignité humaine tant de la femme exploitée comme « mère porteuse » que du nouveau-né, ce qui porte atteinte aux droits des femmes et des enfants.

Directive du Parlement européen et du Conseil de l’Europe relative à la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique.

Dans ses efforts pour mettre à jour la notion de violence dans cette directive, la Commission européenne devrait aller plus loin et y inclure la violence reproductive qui touche exclusivement les femmes.

 

Aujourd’hui, en Europe, la référence en matière de violence masculine contre les femmes est la Convention d’Istanbul.[3]

La Convention d’Istanbul définit la VIOLENCE CONTRE LES FEMMES comme « tout acte de violence fondé sur le sexe qui cause, ou est susceptible de causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles, psychologiques ou économiques, y compris la menace de tels actes et la privation coercitive ou arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée« . Elle reconnaît également que la violence à l’égard des femmes constitue « une violation des droits humains et une forme de discrimination à l’égard des femmes ».

Cependant, la Convention d’Istanbul a plus de 10 ans. La mondialisation et les nouvelles technologies ont facilité l’apparition de nouvelles formes de violence fondées sur le sexe, comme la cyber-violence. Pour cette raison, et compte tenu de l’absence de ratification par certains États de l’UE, la Commission européenne s’est engagée à créer une nouvelle directive qui aborderait de manière exhaustive toutes les formes de violence à l’égard des femmes, liant les États membres à leur prévention et à leur éradication.

Pour devenir un instrument juridique européen véritablement complet qui ne laisse aucune femme ni aucune fille de côté, la violence infligée aux femmes par l’exploitation reproductive doit être incluse dans la nouvelle directive.

L’exploitation reproductive est une industrie de plusieurs milliards de dollars en croissance rapide et une forme de violence contre les femmes. Pour satisfaire les désirs parentaux de tierces personnes, les femmes sont soumises à des violences physiques, économiques, médicales et psychologiques qui ont été largement documentées[4]. La capacité de reproduction des femmes ne devrait servir qu’à leurs propres projets de vie et de parentalité, et non à ceux des autres, ce qui relève de l’exploitation.

Dans le cas de la maternité de substitution, les mères exploitées comme « mères porteuses » renoncent à tous leurs droits tout au long du processus. Partout dans le monde, l’accord ou le contrat et/ou les règlements qui régissent cette pratique disposent d’êtres humains, que ce soit des mères exploitées en tant que « mères porteuses » ou des nouveaux nés (en les utilisant et en les privant de leurs libertés et de leurs droits). En Europe, la plupart des pays, conscients de cette violation des droits humains fondamentaux inscrits dans la Charte de l’UE, ont interdit cette pratique sur leur territoire. Toutefois, ces dispositions sont systématiquement remises en cause par l’avancée de la GPA transfrontalière.

Légitimer ou faciliter cette pratique revient à encourager la demande d’exploitation des femmes les plus vulnérables par les classes sociales les plus aisées. Pour satisfaire leur désir d’enfant, on leur laisse faire fi du respect des droits humains, au détriment des femmes, notamment celles issues des groupes les plus vulnérables sur le plan économique et social.

Compte tenu de tous ces éléments, les pratiques décrites ci-dessus comme violences reproductives, ancrées dans l’inégalité entre les femmes et les hommes et comme manifestation de la discrimination structurelle à l’égard des femmes, relèvent de la définition de la violence à l’égard des femmes [5] de la Convention d’Istanbul et, à ce titre, devraient être couvertes par la directive.

 

Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions sur la stratégie de l’UE en matière de lutte contre la traite des êtres humains (2021-2025)

Le trafic d’êtres humains invente chaque jour de nouvelles méthodes. À côté de la traite à des fins de prostitution et de la traite des enfants, la traite à des fins de reproduction se se développe très rapidement..

Le Protocole de Palerme de l’ONU utilise trois critères pour que la traite soit considérée comme telle[6] :

– L’activité (recrutement, transport, réception ou accueil de personnes) ;

– Les moyens (menace, recours à la force, tromperie, coercition, abus de pouvoir, position de vulnérabilité, octroi ou réception de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement) ;

– Le but (exploitation des victimes).

Ces critères ont été adoptés par l’Union européenne dans sa définition de la traite et dans sa directive anti-traite de 2011. Le consentement de la victime à l’exploitation est indifférent si l’un des moyens susmentionnés a été utilisé.

La dignité humaine est la base même des droits fondamentaux et une valeur fondatrice de l’Union européenne (Article 2 du TUE). Selon l’article 1 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, « la dignité humaine est inviolable. Elle doit être respectée et protégée« . Tout être humain a une dignité inviolable et intrinsèque, qui est une valeur universelle, et son corps doit être respecté en tant que partie intégrante de toute personne humaine.

Non seulement la maternité de substitution détruit directement la dignité humaine, mais elle répond aux trois critères de la traite. Les mères recrutées comme mères porteuses par des intermédiaires ou des clients peuvent être « transportées » dans le pays du client, ou dans un pays tiers pour contourner la loi, ou soumises à des restrictions de mobilité dans leur propre pays. Leur « consentement » supposé est souvent basé sur la manipulation, la tromperie ou la pression, en raison de leur vulnérabilité sociale et économique. Le résultat est un gain financier pour les parties impliquées (intermédiaires, psychologues, avocats, cliniques, personnel médical, agences de voyage), et l’obtention d’êtres humains nouveau-nés pour les clients.

La maternité de substitution transfrontière apparaît comme une nouvelle forme de trafic d’êtres humains en raison de la mondialisation, de la mobilité accrue et du développement de nouvelles technologies numériques et/ou médicales, comme l’ont souligné certains comités de bioéthique[7] . Elle devrait donc être précisée et ajoutée à la directive révisée sur la traite des êtres humains.

En conclusion, la directive sur la violence à l’égard des femmes, si elle inclut l’exploitation reproductive dans son champ d’application, favorisera la prévention de la criminalité et la protection des femmes victimes et des droits des enfants. Elle contribuera à renforcer une autre valeur fondatrice de l’Union européenne, à savoir l’égalité entre les femmes et les hommes et l’accès aux droits fondamentaux découlant de la Charte des droits humains de l’Union européenne. L’Union européenne dispose déjà d’une base solide à cet égard, puisqu’elle a condamné à plusieurs reprises la gestation pour autrui :

– En 2015, comme une atteinte à la dignité humaine[8] ;

– En 2017, comme source de violations des droits humains, dans le cadre de la traite des êtres humains[9] ;

– En 2021, en raison de son impact sur la santé des mères exploitées par le biais de la maternité de substitution et de la rupture d’égalité entre les femmes et les hommes qu’elle représente [10] ;

– En 2021, en tant qu’exploitation sexuelle, au même niveau que l’exploitation sexuelle des femmes par les mariages forcés, la prostitution et la pornographie[11] ;

– En 2022, elle a réitéré toutes ses condamnations antérieures de la GPA dans le contexte dans le contexte de la guerre en Ukraine[12] .

Nous, signataires de cette déclaration commune, exigeons que la Commission européenne et le Parlement européen prennent systématiquement en compte dans leur travail législatif la maternité de substitution en tant que violence reproductive infligée aux femmes, en tant que traite des êtres humains et en tant que violation des droits des enfants.

 

Premières signatures

LEF – Lobby européen des femmes

ENoMW – Réseau européen des femmes migrantes

CAP International – Coalition internationale contre la prostitution

ICASM – Coalition internationale pour l’abolition de la gestation pour autrui (GPA)

 

 

 

 

[1] Les personnes qui agissent ou ont l’intention d’agir en tant que parent sur le marché de la maternité de substitution.

[2] http://abolition-ms.org/en/news/draft-international-convention-for-the-abolition-of-surrogacy/

[3] https://rm.coe.int/168008482e

[4]Sur les risques médicaux élevés encourus par les mères porteuses, des femmes en bonne santé qui n’ont pas de projet d’enfant pour elles-mêmes mais pour les autres : Gestational surrogacy : résultats de 10 ans d’expérience aux Pays-Bas. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1472648318305212 et aussi Risque de prééclampsie dans les grossesses résultant d’un double don de gamètes et d’un don d’ovocytes seul  https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30177040/

[5] Convention d’Istanbul. Article 3.a.

[6] Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants. https://www.ohchr.org/en/instruments-mechanisms/instruments/protocol-prevent-suppress-and-punish-trafficking-persons

[7Le comité de bioéthique espagnol note que « l’une des raisons de soutenir l’interdiction de la maternité de substitution altruiste pourrait résider dans l’incapacité de la loi à empêcher la maternité de substitution commerciale une fois que la maternité de substitution altruiste a été acceptée ». http://assets.comitedebioetica.es/files/documentacion/en/spanish_bioethics_committee_report_on_the_ethical_and_legal_aspects_of_surrogacy.pdf (page 26).

 

[8] http://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-8-2015-0470_FR.html

[9] https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-8-2018-0515_FR.html

[10] https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2022-0041_FR.htm

[11] https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2021-0025_FR.html

 


Organizaciones feministas y de derechos humanos firmantes de esta declaración

  • 1000 OPPORTUNITIES/ 1000 MÖJLIGHETER – SUEDE
  • 44 VILAINES FILLES – FRANCE
  • ABOLICIONISTAS HUESCA – SPAIN
  • ADAVAS – LEÓN – SPAIN
  • AMICALE DU NID – FRANCE
  • ANTI PORNOGRAPHY AND PROSTITUTION RESEARCH GROUP – JAPAN
  • ANYDES – SPAIN
  • ARCILESBICA ITALIA – ITALIE
  • ASOCIACIÓN DE PROFESIONALES DE LOS CENTROS DE INFORMACIÓN A LAS MUJERES – SPAIN
  • ASOCIACIÓN FEMINISTA LEONESA « FLORA TRISTÁN » – SPAIN
  • ASOCIACIÓN MUJERES JURISTAS DE LA PROVINCIA DE JAÉN – SPAIN
  • ASOCIACIÓN MUJERES PARA LA SALUD – SPAIN
  • ASSEMBLÉE DES FEMMES – FRANCE
  • ASSOCIATION BAGDAM ESPACE LESBIEN – FRANCE
  • ASSOCIAZIONE DORAD – ITALIE
  • ASSOCIAZIONE IROKO ONLUS – ITALIE
  • ASTERIA AGRUPACIÓN FEMINISTA – MEXICO
  • AUTONOMOUS WOMEN’S CENTER – SERBIE
  • AWSA-BE – ARAB WOMEN’S SOLIDARITY ASSOCIATION – BELGIUM – BELGIUM
  • BEBEBIENVENU ASSOCIATION – ROMANIA
  • BULGARIAN PLATFORM EWL – BULGARIA
  • CAMINOS PARA CONVIVIR SC – MEXICO
  • CAMT – MEXICO
  • CAP INTERNATIONAL SPAIN – SPAIN
  • CENTER AGAINST HUMAN TRAFFICKING AND EXPLOITATION, LITHUANIA – LITHUANIE
  • CENTRE ÉVOLUTIF LILITH (CEL) – FRANCE
  • CENTRE FOR SOCIAL AND GENDER RESEARCH « NEW LIFE » – UKRAINE
  • CENTRE FOR WOMEN WAR VICTIMS – ROSA – CROATIE
  • CHIENNES DE GARDE – FRANCE
  • CNFF ET CIF – FRANCE
  • COALITION AGAINST TRAFFICKING IN WOMEN – USA
  • COLECTIVO DE MUJERES CONTRA LA VIOLENCIA DE GÉNERO – MEXIQUE
  • COLETIVA SOCIEDADE MATRIARCAL – BRESIL
  • COLLECTIF FÉMINICIDES PAR COMPAGNONS OU EX – FRANCE
  • COLLECTIF LIBERTAIRE ANTI-SEXISTE – FRANCE
  • COLLECTIF POUR LE RESPECT DE LA PERSONNE CORP – FRANCE
  • COMISION PARA LA INVESTIGACIÓN DE MALOS TRATOS A MUJERES – ESPAGNE
  • CONSEIL NATIONAL DES FEMMES FRANÇAISES CNFF – FRANCE
  • CONSEIL NATIONAL DES FEMMES FRANÇAISES CNFF-ICW – ICW – FRANCE
  • CONSELL NACIONAL DONES D’ESPANYA CNDE – ESPAGNE
  • CONSULTORÍA EN GÉNERO, PERIODISMO Y COMUNICACIÓN – MEXIQUE
  • CQFD LESBIENNES FEMINISTES – FRANCE
  • DEMOCRACY DEVELOPMENT CENTER – UKRAINE
  • DOFEMCO – ESPAGNE
  • ECVF ÉLU·ES CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES – FRANCE
  • EHULEAK – ESPAGNE
  • ELEANOR M. & OSCAR M. CARLSON ENDOWED CHAIR IN WOMEN’S STUDIES, EMERITA, UNIVERSITY OF RHODE ISLAND – USA
  • EMISSION FEMMES LIBRES SUR RADIO LIBERTAIRE 89.4 – FRANCE
  • EN CLAU DE DONA – ESPAGNE
  • ENCORE FÉMINISTES ! – FRANCE
  • END DEMAND SUISSE – SUISSE
  • EUROMED FEMINIST INITIATIVE – FRANCE
  • EUROPEAN CENTER OF THE INTERNATIONAL COUNCIL OF WOMEN – BELGIQUE
  • FEDERACIÓN DE MUJERES PROGRESISTAS – ESPAGNE
  • FEDERACIÓN MEXICANA DE UNIVERSITARIAS – MEXIQUE
  • FEDERACIÓN MUJERES JÓVENES – ESPAGNE
  • FEMINISTAS SOCIALISTAS. – ESPAGNE
  • FEMICANAS: EL AQUELARRE. – COLOMBIE
  • FEMINISTAS AL CONGRESO – ESPAGNE
  • FEMMES DU MONDE ET RÉCIPROQUEMENT – FRANCE
  • FEMMES ICI ET AILLEURS – FRANCE
  • FEMMES POUR LE DIRE, FEMMES POUR AGIR – FRANCE
  • FEMU – MEXIQUE
  • FEMU, A.C. – MEXIQUE
  • FEVIMI – FEDERACIÓN PARA LA ERRADICACIÓN DE LA VIOLENCIA EN LAS MUJERES Y NIÑAS – ESPAGNE
  • FINRRAGE – AUSTRALIE
  • FONDATION SCELLES – FRANCE
  • FÓRUM DE POLÍTICA FEMINISTA DE MÁLAGA – ESPAGNE
  • FORUM FEMMES JOURNALISTES DE LA MÉDITERRANÉE – EUROPE
  • FORUM FEMMES MÉDITERRANÉE – FRANCE
  • FORUM POLÍTICA 8 – ESPAGNE
  • FRENCH COORDINATION FOR THE EUROPEAN WOMEN LOBBY (LA CLEF) – FRANCE
  • FRENTE FEMINISTA NACIONAL – MEXIQUE
  • FRENTE NACIONAL FEMINISTA ABOLICIONISTA – MEXIQUE
  • FRONT ABOLICIONISTA DEL PAÍS VALENCIÁ – ESPAGNE
  • FRONT FÉMINISTE – FRANCE
  • FUERZA DEMOCRÁTICA DE GUERRERO – MEXIQUE
  • GAMS FEDERATION – FRANCE
  • GES ASOCIACIÓN CIVIL – ARGENTINE
  • GREEK LEAGUE FOR WOMEN’S RIGHTS – GRECE
  • GROUPE EUROPE DES FEDERALISTES EUROPÉENS – BELGIQUE
  • HEURA LILA – ESPAGNE
  • HUNGARIAN WOMEN’S LOBBY – HONGRIE
  • INITIATIVE FÉMINISTE EUROMED – FRANCE
  • IRUÑA ARANCIBIA CRISTÓBAL – ESPAGNE
  • ISALA ASBL – BELGIQUE
  • ITALIAN COORDINATION OF THE EUROPEAN WOMEN’S LOBBY – ITALIE
  • JAPON COALITION AGAINST SURROGACY PRACTICES – JAPON
  • JUSTICE FOR WOMEN – RU
  • KASANDRXS-FEMINISTAS ABOLICIONISTAS- – ARGENTINE
  • KLAIPEDA SOCIAL AND PSYCHOLOGICAL SUPPORT CENTRE – LITHUANIA
  • LA RÉVOLUTION SERA FÉMINISTE- EMISSION RADIO GALERE MARSEILLE – FRANCE
  • LA REVUELTA SUBVERSIVA – URUGUAY
  • LABORATORIO FEMINISTA DE DERECHOS DIGITALES – MEXIQUE
  • LAS DEL AQUELARRE FEMINISTA – MEXIQUE
  • LE MONDE SELON LES FEMMES ASBL – BELGIQUE
  • LIBRES MARIANNES – FRANCE
  • LIGUE DU DROIT INTERNATIONAL DES FEMMES – FRANCE
  • LOBBY EUROPEO DE MUJERES EN ESPAÑA- LEM ESPAÑA – ESPAGNE
  • LUZ ULTRAVIOLETA – ESPAGNE
  • MAISON DES FEMMES DE PARIS – FRANCE
  • MALEN ETXEA, MUJERES INMIGRANTES – ESPAGNE
  • MALVA – ESPAGNE
  • MARCHE MONDIALE DES FEMMES FRANCE – FRANCE
  • MARIZ / GLOBAL WOMAN PEACE ACTIONS – BRSIL
  • MARTA CENTRE – LATVIA
  • MATERFEM MATERNIDADES FEMINISTAS GALEGAS – ESPAGNE
  • MEDITERRANEAN INSTITUTE OF GENDER STUDIES – CYPRUS
  • MÉMOIRE TRAUMATIQUE ET VICTIMOLOGIE – FRANCE
  • MIGRANT WOMEN HONGRIE ASSOCIATION.(SHE4SHE) – HONGRIE
  • MILLENNIA2025 WOMEN AND INNOVATION FOUNDATION – BELGIQUE
  • MORADA RADICAL – MEXIQUE
  • MOUVEMENT DU NID – FRANCE
  • MUJERES ABOLICIONISTAS CANARAS – ESPAGNE
  • MUJERES POR LA ABOLICIÓN – ESPAGNE
  • MUSEO DE LA MUJER (CABA) – ARGENTINE
  • NACIÓN MUJERES – ESPAGNE
  • NATIONAL COUNCIL OF WOMEN OF UKRAINE – UKRAINE
  • NETWORK OF EAST-WEST WOMEN, NEWW-POLOGNE – POLOGNE
  • NGO « RURAL WOMEN OF UKRAINE » – UKRAINE
  • NGO INTERNATIONAL SCHOOL OF EQUAL OPPORTUNITIES – UKRAINE
  • NGO KYIV SCHOOL OF EQUAL OPPORTUNITIES – UKRAINE
  • NKARI FUNDACJA IM. KAZIMIERZA ŁYSZCZYNSKIEGO – POLOGNE
  • NORDIC MODEL NOW! – RU
  • NOUSTOUTES70 – FRANCE
  • NUEVA ALIANZA PUEBLA – MEXIQUE
  • OBJECT UK – RU
  • ONGD AFRICANDO – ESPAGNE
  • OSEZ LE FÉMINISME ! – FRANCE
  • OSEZ LE FEMINISME 17 – FRANCE
  • PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS – COMMISSION FEMINISTE – FRANCE
  • PARTIDO FEMINISTA DE ESPAÑA – ESPAGNE
  • PARTIDO FEMINISTA DE ESPAÑA EN CANARIAS – ESPAGNE
  • PATENT ASSOCIATION – HONGRIE
  • PECOLA PRODUCTIONS – BELGIQUE
  • PERSONS AGAINST NON-STATE TORTURE – CANADA
  • PORTUGUESE PLATFORM FOR WOMEN’S RIGHTS – PORTUGAL
  • POUR LES DROITS DES FEMMES DU QUÉBEC – PDF QUÉBEC – CANADA
  • RADICAILÍN – IRELAND
  • RAJFIRE – FRANCE
  • REBELLES DU GENRE – FRANCE
  • RECAV, RED ESTATAL CONTRA EL ALQUILER DE VIENTRES – ESPAGNE
  • RED PARA EL AVANCE POLÍTICO DE LAS MUJERES GUERRERENSES – MEXIQUE
  • REDE DE JOVENS PARA A IGUALDADE DE OPORTUNIDADE ENTRE MULHERES E HOMENS – PORTUGAL
  • REGARDS DE FEMMES – FRANCE
  • REGIONAL COALITION AGAINST TRAFFICKING IN WOMEN AND GIRLS IN LATIN AMERICA AND THE CARIBBEAN (CATWLAC) – MEXIQUE
  • REMUE MÉNINGES FÉMINISTE, RADIO LIBERTAIRE 89,4 – FRANCE
  • RÉSEAU FÉMINISTE « RUPTURES » – FRANCE
  • RÉUSSIR L’ÉGALITÉ FEMMES HOMMES – FRANCE
  • SAFE SCHOOLS ALLIANCE – RU
  • SE NON ORA QUANDO LIBERE – ITALIE
  • SECULARISM IS A WOMEN’S ISSUE – SIAWI.ORG – INTERNATIONAL
  • SISTERS – FÜR DEN AUSSTIEG AUS DER PROSTITUTION! V. – GERMANY
  • SOCIETATEA DE ANALIZE FEMINISTE ANA, BUCURESTI, ROUMANIE – ROMANIA
  • SOCIETY KLJUC – CENTRE FOR FIGHT AGAINST TRAFFICKING IN HUMAN BEINGS – SLOVENIE
  • SOLIDARITE-FAMILLES – FRANCE
  • SORTIR DU SILENCE – FRANCE
  • STOP SURROGACY NOW UK – RU
    STOP VIENTRES DE ALQUILER – ESPAGNE
  • STOPPT LEIHMUTTERSCHAFT – AUTRICHE
  • SWEDISH WOMEN’S LOBBY – SUEDE
  • TERTULIA FEMINISTA LES COMADRES – ESPAGNE
  • UAM – ESPAGNE
  • UDI DI NAPOLI – ITALIE
  • UKRAINIAN ASSOCIATION FOR RESEARCH IN WOMEN’S HISTORY – UKRAINE
    UKRAINIAN WOMEN IN GREECE – GRECE
  • UNION EUROPÉENNE DES FEMMES – FRANCE
  • UNIVERSIDAD COMPLUTENSE DE MADRID (members of) – ESPAGNE
  • UNIVERSIDAD DE CONCEPCIÓN (members of) – CHILI
  • UNIVERSIDAD DE GRANADA (members of) – ESPAGNE
  • UNIZON – SUEDE
  • VADMC – FRANCE
  • VILLE DE CLERMONT-FERRAND (CM) – FRANCE
  • WOMEN WORLDWIDE ADVANCING FREEDOM & EQUALITY (WAAFE) – RU
  • WOMEN@THEWELL – RU
  • WOMEN’S BALTIC PEACEBUILDING INITIATIVE – SUEDE
  • WOMEN’S ASSOCIATION VUKOVAR – CROATIE
  • WOMEN’S DECLARATION ARGENTINE – ARGENTINE
  • WOMEN’S DECLARATION INTERNATIONAL – FRANCE – FRANCE
  • WOMEN’S DECLARATION INTERNATIONAL – INTERNATIONAL
  • WOMEN’S DECLARATION INTERNATIONAL ESPAGNE – ESPAGNE
  • WOMEN’S NETWORK OF CROATIA – CROATIE
  • YAOTLYAOCIHUATL AMEYAL AC – MEXIQUE
  • ZÉROMACHO- DES HOMMES CONTRE LE SYSTÈME PROSTITUEUR – FRANCE

 

 

 

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.